Next Page: 10000

          

upgrading Cyborg

 Cache   
I was reading Rai #1 from Valiant, and I was really digging it and how cool they portrayed the lead characters who are cybernetic, and it got me thinking about how other robot/tech-based heroes, Cyberforce from Top Cow, Genos from One Punch Man, Ghost in the Shell, Metal Gear Solid etc, and it...
          

Declassified US military report reveals plot to create ‘machine humans’ with super-vision and internet-brains

 Cache   
THE US military plans to build super-soldiers enhanced to become part human, part cyborg, within 30 years. Grunts could be upgraded with boosted strength and enhanced senses as part of a bonkers scheme outlined in declassified documents. It may sound like something straight from a science fiction flick, but Pentagon bosses hope to deploy them […]
          

Dracula VS Cyborg

 Cache   
none
          

Cyborg

 Cache   
Cyborg
CONDITION:- GOOD, and in a brand new jewel case.
COMPATIBILITY:- COMMODORE C64 / C128
FORMAT:- CASSETTE
CASE/BOX TYPE:- DOUBLE CASSETTE / JEWEL

 

 Quick description

RARE original (soon pulled due to copyright issues) release of the re-released and renamed MANDROID arcade adventure game.


          

Army DEVCOM: 2050 Vision For Cyborg Super-Soldiers

 Cache   
Scientific Progressivism is the lust of Technocrats and the scourge of humanity. Hacking the human body to create more efficient high-tech killing machines cannot possibly advance humanity.
          

Antiguidade BlueCyborg Gay est OK (T-Shirt) Noir ASbps

 Cache   
Antiguidade BlueCyborg Gay est OK (T-Shirt) Noir ASbps
  • 100% Coton


acheter
          

Loewe, repitiendo los errores de Gucci y Zara, retira un conjunto que recuerda al de los uniformes de los campos de concentración nazis

 Cache   

Loewe, repitiendo los errores de Gucci y Zara, retira un conjunto que recuerda al de los uniformes de los campos de concentración nazis

El año empezó con Gucci teniendo que retirar dos artículos de su colección de Otoño-Invierno 2018/2019 por los que la casa italiana fue tachada de racista y de apropiación cultural. Se trataba de un jersey de color negro con pasamontañas que, al incorporar unos labios rojos, recordaba a la práctica del "blackface" y de un turbante como los que visten los sijs, los seguidores de una de las religiones indias. No obstante, este precedente no ha evitado que Loewe acabe 2019 cometiendo los mismo errores.

En esta ocasión, el revuelo lo ha causado una camisa y un pantalón a rayas verticales de color negro y blanco que se asemejan a los uniformes de los campos de concentración en el Holocausto. El conjunto, con un precio de más de 1600 euros, formaba parte de la colección cápsula William De Morgan, lanzada el pasado 14 de noviembre y que se inspira en el ceramista británico del siglo XIX.

 


La polémica recuerda a otra similar que tuvo lugar en 2014 y que estuvo protagonizada por Zara, que se vio obligada a retirar una camiseta para niños con rayas horizontales y una estrella de seis puntas en el pecho, muy parecida a la estrella de David. La firma de Amancio Ortega se disculpó públicamente y  aclaró que estaba inspirada en las estrellas de los "sheriffs" de las películas del oeste.

Loewe, además de proceder a retirar los productos de la venta al público, se ha disculpado a través de un comunicado en el que calificaban el Holocausto de "uno de los momentos más odiosos de la historia de la humanidad" y han achacado la polémica a un "malentendido":

"Nunca fue, en absoluto, nuestra intención y nos disculpamos con cualquiera que haya podido sentir que estábamos siendo insensibles con una memoria intocable".

Loewe

Fotos | Loewe.


          

CYBORG SOLDIER 2050 DEEP DIVE! We Have The Documents!

 Cache   
CYBORG SOLDIER 2050 DEEP DIVE! We Have The Documents!https://www.gofundme.com/f/bermasbrigademediamonth5https://1vs5i.com/Bitcoin - 1HHdgXD5e1DJrDqbEGWbnvzj2eb739eVVo#BermasBrigade #UniversalSoldier #DeepDive
          

Short Ends: Think Like a Man [SE14]

 Cache   

A few weeks ago I posted my "best of..." series, and made a comment that sparked a great conversation with show regular Yolanda Cochran (former head of physical production at Alcon Entertainment). The comment was part of my "moral to the story" summary for the "Women in Film" series episode from last fall (daredreamer.fm/wif3). Essentially I said that one of the things women should do to gain parity with men in Hollywood is to act and think like a man.

But should they? Yolanda has a different take on the topic and that is the basis for today's discussion. I'd love to get your take on this topic. Comment here or join the discussion at our Facebook page: facebook.com/radiofilmschool.

Also in this episode is a short clip from one of our fellow Podcastica network shows, the Sci-Fi Movie podcast. It's a clip from their "Top 5 Robots in Sci-Fi" and they define the parameters that make a cyborg.

Stillmotion has a New Class - "Conducting Remarkable Interviews"

Stillmotion's Muse Storytelling is the process they use to tell the kind of stories that has helped them garner five Emmys, and go from shooting weddings to shooting the Super Bowl. They also have a brand new course on their site called “Conducting Remarkable Interviews” and it’s based on years of experience in the field and research of psychology, sociology, and neurology. Go to learnstory.org to learn more.

Legally License Music for Your Production

If you need to legally license music for your productions, from every genre, look no further than Song Freedom. Click here and use offer code radio for a one-time Standard Gold Level license worth $30.

Grow in Your Craft and Career

We're also supported by YOU, the listeners. Become a Dare Dreamer FM Premium member and gain access to bonus episodes, ebooks, templates, and other resources to help you grow in your craft and career.

Music in this Episode

In order of appearance (excluding music heard in the movie clips used), the music in this episode includes:


          

Вооруженные силы США планируют к 2050 году получить универсальных солдат-«киборгов»

 Cache   

В американских Сухопутных силах считают, что к 2050 году могут появиться технологии, позволяющие превратить обычного солдата в подобие универсального «супербойца» с кибернетическими свойствами.

О возможности появления роботизированных солдат сообщает издание Popular Mechanics со ссылкой на отчет Воор...
          

Żołnierze-cyborgi. Nowy plan armii USA

 Cache   
Wojsko USA ma plany do zmiany żołnierzy w zaawansowanych technologicznie "cyborgów", wzmacniając ich zmysły poprzez podłączenie ich mózgów do komputerów.

Czytaj więcej w Gadżetomania.pl
          

The Promise of Cyborganic Beings

 Cache   

In this essay, scientists from Spain and Denmark delve into the spectrum of possibilities offered by wearable and implantable healthcare devices and provide new insight into the cyborganic era.

The post The Promise of Cyborganic Beings appeared first on Advanced Science News.


          

Welche Entwicklung wird das Internet in 50 Jahren nehmen

 Cache   
Mehrere tausend Teilnehmer spekulieren derzeit über die Gestalt des Internets im Jahre 2069. (TRD/CID) Verglichen mit der Erfindung des Rades ist das Internet extrem jung. Und trotzdem ist das digitale Netz schon weit entwickelt. Wie mag es im Jahr 2069 aussehen? Zu dieser Frage entstehen gerade Prognosen. Jedenfalls finden derzeit Diskussionen darüber im kostenlosen Onlinekurs „Die Technologie, die die Welt veränderte – 50 Jahre Internet“ des Hasso-Plattner-Instituts (HPI) statt. Gut 5.000 Nutzer des Netzes nehmen derzeit daran teil. Im offenen Diskussionsforum des Kurses auf der IT-Lernplattform openHPI sind bereits Hunderte von interessanten Prognosen und Visionen darüber zu finden, welchen Entwicklungspfad das gerade ein halbes Jahrhundert alt gewordene Internet in den kommenden 50 Jahren nehmen dürfte. Zugang bekommt, wer sich online anmeldet unter https://open.hpi.de/courses/internetworking2019. „Die außergewöhnlich hohe Diskutierfreudigkeit bei unserer Mitmach-Aktion hängt mit der Vielzahl an kontroversen und polarisierenden Themen zusammen“, stellt Kursleiter und Institutsdirektor Prof. Christoph Meinel fest. Oft werde über das so genannte Darknet debattiert, aber auch über Sicherheit und Datenschutz im Netz. „Besonders umstritten ist, welche sozialen Folgen das ständige Online-Sein für das menschliche Zusammensein hat, ob wir letztlich Treiber oder Getriebener der digitalen Transformation sind“, fasst Meinel zusammen. Nach dem Eindruck seines Teams überwiegen optimistische Sichtweisen, was die Zukunft des Internets anbetrifft. „Nicht wenige Kursteilnehmer geben aber auch ambivalente Stellungnahmen ab, also sowohl positive als auch negative“, betont der HPI-Direktor. Zu den optimistischen Voraussagen gehören Entwicklungen rund um Künstliche Intelligenz, Robotik, Befehlsausführung durch Gedankensteuerung, „Beamen“, Autonomes Fahren, Implantieren von Geräten/“Cyborgs“ und Augmented und Virtual Reality. Überwiegend in negativer Form besprochen werden laut Meinel mangelnder Datenschutz, ungenügender Schutz der Privatsphäre und...
          

Enki Bilal : Main basse sur la mémoire de l’humanité

 Cache   

Le créateur de bandes dessinées Enki Bilal était de passage à Montréal, du 21 au 23 novembre, dans le cadre d’un Salon du livre qui table de plus en plus sur les effets de mode pour appâter de nouvelles clientèles. Invité d’honneur de l’évènement, Bilal est venu présenter les deux premiers tomes de sa série intitulée BUG, sorte de saga qui tourne autour d’une crise informatique qui ferait en sorte de priver l’humanité entière de sa mémoire numérique. Ça tombe bien puisque Montréal se targue, depuis le « bogue de l’an 2000 », d’être une des capitales des industries numériques et un haut-lieu des arts technologiques.

 

Par Patrice-Hans Perrier

 

Le Sommeil du Monstre Enki Bilal Gracieuseté de WIKITRIKE

Le Sommeil du Monstre d’Enki Bilal – Gracieuseté de WIKISTRIKE

 

 

Quand la bio-métamorphose du genre humain nous est présentée comme un phénomène inéluctable

5e partie de la série sur les Utopies

Lien vers le site de l'auteur : https://patricehansperrier.wordpress.com/2019/11/25/main-basse-sur-la-memoire-de-lhumanite/

 

 

Tiens, qu’en est-il de ce fameux BOGUE de l’an 2000 ? Un feu d’artifice qui nous a donné bien du fil [wired] à retordre et qui aura forcé les entreprises de par le monde à investir des centaines de milliards de dollars afin que leurs systèmes informatiques puissent opérer le passage du XXe siècle vers le XXIe siècle dans un contexte où les ordinateurs n’avaient pas été programmés pour effectuer ce saut quantique. Des problèmes de conception et de programmation étant en jeu, il fallait trouver des solutions en « dehors des clous », penser hors de la « boîte » pour résoudre un problème en apparence simpliste.

De la problématique technique a surgi un délire millénariste axé sur la question d’un changement de paradigme universel : seule porte de sortie possible pour le salut de l’humanité et de la planète Terre.

 

Du Bug informatique au big bang planétaire

Le concepteur de bandes dessinées Enki Bilal reprend cette notion de BOGUE INFORMATIQUE sur un mode apocalyptique et met en scène une dystopie qui finit par agir comme un déclencheur de changements, sorte de métamorphose planétaire qui force les bipèdes intelligents à se passer de leurs anciens smartphones pour se commander une pizza.

De passage au Salon du Livre de Montréal Enki Bilal est venu nous gratifier de ses habituelles formules magiques : comparant sa table à dessin à un « bordel organisé », l’auteur met en scène des situations chaotiques dans chacune de ses bédés. Il s’agit, effectivement, de « foutre le bordel » afin de réveiller une humanité endormie sous le poids de ses habitudes ancestrales et … patriarcales. Parce que Bilal a une grosse dent contre le patriarcat qui serait, d’après lui, la cause de cette aliénation qui nous empêche d’évoluer, de nous métamorphoser.

 

Un imaginaire gnostique

Manifestement gnostique, cet apologète du globalisme fait invariablement intervenir des dieux extraterrestres dans ses histoires. Mi-hommes, mi-bêtes, ces créatures atemporelles arborent une morphologie s’apparentant à celle des déités peuplant le panthéon égyptien.

 

HORUS

Horus dépeint par Bilal – Gracieuseté de pinterest.com

 

 

Ainsi, le dieu-soleil Horus, à tête de faucon, représente un des personnages phares de sa célèbre trilogie comptant « La Foire aux immortels », « La Femme Piège » et « Froid Équateur ». Horus, selon les canons de la gnose égyptienne, serait le dieu de l’azur, représentant les espaces célestes. C’est, sans doute, ce qui explique la fascination de Bilal pour la couleur bleue, un élément de la magie opératoire [dite chaotique] qui correspond aux pouvoirs de guérison. Voilà pourquoi dans la « Femme Piège », Jill Bioskop a une chevelure, une pilosité et des muqueuses bleues. Le sobriquet « Bioskop » renvoyant à des capacités de voyance qui permettent de percer les secrets du monde vivant. Jill Bioskop est une journaliste qui couvre les actualités au cœur des anciennes capitales d’une Europe effondrée, défoncée sous les coups de boutoir d’une décadence qui a littéralement « liquéfié » la cité telle que nous la connaissions. Cette protagoniste utilise un « script-walker », sorte d’appareil qui permet d’anticiper le futur.

Dès le second volet de cette trilogie, publié en 1986, Bilal brosse une vision dystopique des villes de Londres et de Berlin qui ont été mises à mal par une sorte de guerre civile généralisée mettant en scène des cohortes de migrants, d’agents secrets et autres personnages troubles qui ne semblent pas comprendre ce qu’ils font dans ce décor d’apocalypse urbaine. La journaliste Bioscop, qui a perdu jusqu’à toutes notions de temps et d’espace, y fait la rencontre d’Alcide Nikopol, héros de cette trilogie qui est littéralement « hanté » par la figure emblématique du dieu Horus. Chemin faisant, une sorte de « ménage à trois » se met en place : la « femme piège » qui représente le pouvoir de [l’auto] guérison, Alcide Nikopol qui est un personnage provenant du passé et le dieu Horus qui a fui les autres dieux afin de venir s’acoquiner avec une humanité en cours d’hybridation.

 

L’hybridation comme possibilité de transcendance

L’auteur Stéphane François, dans un micro-essai publié sur le site La Spirale.Org, met le doigt sur cette fascination pour l’occulte et le néopaganisme qui aurait littéralement « contaminé » les milieux de la contre-culture et, in extenso, les nouveaux médias de la culture numérique. Il en profite pour citer l’anthropologue Claude Lévi-Strauss pour qui « l’identité se réduit moins à la postuler ou à l’affirmer, qu’à la refaire, la reconstruire ». Toujours selon Lévi-Strauss, l’identité ne serait qu’une « sorte de foyer virtuel » et Stéphane François de préciser que ce « foyer virtuel » – ou identité trouble – pourrait générer des métamorphoses suscitées par le désir de fuir l’hubris de nos sociétés dévoyées par un trop-plein de technicisme et de rationalité.

En d’autres termes, dans le sillage de la contre-culture soixante-huitarde, toute une constellation de créateurs s’est mise à puiser à pleines mains dans les résidus des grandes traditions initiatiques immémoriales, sans se soucier de l’impact causé par ce passage en coup de vent de l’ésotérique vers l’exotérique. Enki Bilal nous apparaît, bel et bien, dans l’épicentre de cette nébuleuse issue d’un mariage conjoncturel entre la contre-culture et le monde de l’« occultisme ». L’intégralité de ses scénarios tablent sur un modus operandi mettant en scène des situations chaotiques – guerres civiles, catastrophes environnementales, bug informatique universel, etc. – afin de susciter l’arrivée sur terre de demi-dieux ou de démiurges hybrides susceptibles de rétablir un « nouvel ordre » qui correspond à un passage obligé vers une sorte d’état pré-adamique.

 

Panthéon féminin par Pascal Sauvage

Panthéon féminin PHOTO de Pascal Sauvage

 

 

Résolument féministe, prônant en demi-teinte les bienfaits d’un transhumanisme qui ferait de nous des « demi-dieux », dénonçant les nouvelles religions du livre et le patriarcat délétère qui se serait mis en place dans leur sillage, Enki Bilal remet au goût du jour les anciennes obsessions gnostiques concernant le choc des cultures entre la création contrefaite et … la Jérusalem mystique réunissant les surgeons d’une humanité enfin réconciliée à travers une hybridation définitive.

 

Les éléments primordiaux reprennent leur place

Il s’agit, pour faire court, de profiter du DÉLITEMENT des codes et des habitudes culturels, mis en place par les épigones d’un patriarcat monothéiste, afin que l’humanité puisse renouer avec la déesse-mère et une cosmogonie héritée des anciens cultes mésopotamiens ou égyptiens. Voire sumériens, puisqu’il faut bien comprendre que le prénom Enki, de l’artiste Bilal, est une signature qui fait implicitement référence à ce dieu des eaux fraîches et courantes. Le dieu Enki étant, toujours selon la cosmogonie sumérienne, responsable de la fertilité et de la connaissance.

Voilà pourquoi Enki Bilal [Enes Bilanovic de son vrai nom] utilise la couleur bleue à travers toutes ses aventures, sur des tons de blancs, de noirs et de gris ponctués de couleurs vives destinées à souligner des atmosphères tendues ou dramatiques. En outre, Bilal travaille sur les catégories alchimiques des éléments primordiaux pour mettre en place les moments de transformation de ses récits : les dieux égyptiens et autres chimères hybrides provenant des airs, les personnages féminins, comme Jill qui utilise un bain pour faire disparaître ses amants, correspondent à l’eau et la terre c’est le réceptacle pour toutes les permutations alchimiques susceptibles de paver la voie à une nouvelle humanité refaçonnée.

 

FORCE ÉLÉMENTALE DU PRISME

FORCE ÉLÉMENTALE DU PRISME

 

 

On retrouve, ici, la notion de Qliphoth, chère à la kabbale, qui pointe du doigt en direction de notre « enveloppe terrestre », cette « écorce primordiale » qui enveloppe les aspects réellement sacrés de la création. Ainsi donc, le règne du patriarcat matérialiste et cartésien, si l’on se fie à la vision de Bilal, correspondrait à une sorte d’immense qliphoth qu’il conviendrait de faire éclater afin que puisse émerger l’être pré-adamique réconciliant les principes mâles et femelles. Et, c’est ce qui explique le rôle des personnages féminins, teintés de bleu, qui sont des agents de transformation contribuant à faire éclater les limites visibles et invisibles de cette société patriarcale qu’il convient d’éradiquer. Une fois pour toutes.

Ce « retour aux sources primordiales », provoqué par les cataclysmes en cours – effondrement de la structure sociale, éclatement des conventions familiales, délitement des mémoires et des us et coutumes, décadence, chute des cours à la bourse et bogue d’un nouveau millénaire prophétique – est, donc, comparable à une forme de RESET, d’un degré zéro de l’humanité. Et, pour Enki Bilal, « la femme est [indubitablement] l’avenir de l’homme ». Il n’a de cesse de le répéter en boucle dans toutes ses entrevues avec la presse aux ordres. Tout cela nous rappelle un certain « socialisme » de l’ère Thatcher … d’ailleurs, Bilal n’a-t-il pas déjà affirmé en entrevue qu’il souhaitait renouveler la vision marxiste à travers ses sagas dessinées ?

 

Un travail de sape en sourdine

Stéphane François, dans son extraordinaire article publié en 2010, fait la lumière sur le modus operandi des occultistes en citant Jacques Maître qui définit l’ésotérisme comme « un mode d’existence souterrain de visions du monde qui se veulent alternatives aux savoirs « officiels ». » Et, manifestement, le positionnement de Bilal nous fait penser à celui de tous les Jacques Attali de ce monde : champions de la prophétie autoréalisatrice, puisqu’ils répètent à satiété n’être que les spectateurs attentifs des dérives qui menacent notre société techniciste malade. Remettant cent fois son œuvre sur le métier, le démiurge Enki a déjà annoncé la catastrophe du 11 septembre, un peu comme ce fameux jeu de cartes américain qui dépeignait dans le détail toute la supercherie entourant plusieurs attentats qui ont marqué les dernières décennies. Quoi de plus naturel que de nous annoncer un mégabogue pour 2041-42, dans un futur proche par où plusieurs crises monétaires seront passées et dans un contexte où les sociétés occidentales ne ressembleront plus qu’à des ersatz civilisationnels.

 

illuminati-card-blinded-by-science

 

 

Le saut de la puce …

Revenons à BUG, objet de convoitise des critiques d’art affamés au moment de terminer notre papelard. Le BOGUE, tant attendu par nos apprentis sorciers aux manettes, finit donc par se produire et l’humanité est privée de toutes formes de mémoire numérique. Au même moment où des cohortes d’adolescents se suicident à cause de la perte de leurs médias sociaux, un détachement expéditionnaire en poste sur la planète Mars a à son bord un [sur] homme détenteur de tout ce « savoir » numérique momentanément perdu. En fait, l’homme a été « pucé » [d’où le jeu de mot avec BUG] et cet implant fait en sorte qu’il se retrouve à véhiculer l’ensemble des données perdues à l’intérieur de sa petite caboche. Une véritable chasse à l’homme se mettra en branle dès son arrivée sur Terre puisque plusieurs organisations ambitionnent de mettre la main au collet de Kameron Obb, cet homme bionique qui jouit d’une « intelligence artificielle » qui fait de lui un véritable demi-dieu.

Imperceptiblement, Bilal « plante » les mots d’ordre de notre bonne vieille oligarchie en montrant du doigt l’incapacité qu’éprouvent les nations à dialoguer puisqu’elles sont en compétition les unes avec les autres. Kameron Obb, l’homme bionique à l’« intelligence numérique » surdimensionnée est un nouveau messie, porteur de la lumière d’une intelligence artificielle qui pourrait tous nous sauver. À condition de confier nos destinées à ce fameux gouvernement mondial qu’appellent de leurs vœux Jacques Attali et Enki Bilal.

Et, dans un contexte où la mémoire humaine est défaillante – ce que fait semblant de dénoncer Bilal dans ses tournées de promotion – quoi de mieux que des implants afin de suppléer à d’éventuelles pénuries de data numérique. L’homme à puce gagnant une autonomie démultipliée en ayant accès en « temps réel » à toutes ses données personnelles et … à celles de son entourage.

 

BUG LIVRE 2 Gracieuseté CASTERMAN

BUG LIVRE 2 Gracieuseté CASTERMAN

 

 

… au cœur de l’imaginaire du grand public

La mémoire et la représentation du réel constituent ce beau sujet sur lequel, à l’instar des fées du berceau, se penche notre alchimiste du 9e art. C’est ici que l’on retrouve bien des poncifs qui avaient été sublimés par l’opus Blade Runner à la même époque où Bilal se préparait à entreprendre sa fameuse trilogie.

Enki Bilal, hormis le fait qu’il possède un coup de crayon d’enfer [c’est le cas de le dire …], n’a rien inventé en définitive. Depuis trois décennies, il ne fait que remettre le fil dans le chat de l’aiguille du GRAND RÉCIT GNOSTIQUE que l’on nous sert à longueur de journée. Stéphane François l’a bien compris à travers son analyse, en précisant que « parallèlement au désintérêt pour le christianisme et à la décomposition, à cette époque [au tournant des années 1990], des formes classiques du religieux, la civilisation occidentale a connu, par un mouvement de balancier, un phénomène de recomposition du religieux, notamment à travers l’apparition d’une nébuleuse spiritualiste foisonnante, elle-même issue des contre-cultures post Mai 68 ».

 

enki-bilal-reptilienne

Enki Bilal Reptilienne

 

 

Tous les mages des 7e et 9e arts se sont donc donné rendez-vous sur la proue de notre épave civilisationnelle afin d’exercer un art de la voyance qui est tissé de prophéties autoréalisatrices. Un autre observateur lucide, le sociologue Lucien Cerise, spécialiste du neuro-piratage, précise le tir : « dans la culture populaire, le terme de « transhumanisme » est associé à des images de science-fiction comme le clonage, le mutant génétique, le cyborg, mi-homme/mi-robot, et toutes sortes d’utopies futuristes. Or, il semble bien que la réalité soit en train de dépasser la fiction ».

 

La marche irrésistible du progrès

Enki Bilal, même s’il se défend bien d’être un prophète, ne faisait qu’enfoncer des portes ouvertes lorsqu’il affirmait, tout dernièrement au quotidien montréalais Le Devoir, qu’ « en ce moment, on subit les contrecoups d’une sorte de dépendance au numérique, un univers qu’on embrasse sans mesure et sans contrôle. On finira bien par trouver un équilibre ».

Cet équilibre, il est déjà trouvé d’après un Lucien Cerise qui surenchérit : « l’une des constantes de l’ingénierie sociale, dont le transhumanisme est un volet, est de considérer l’existence entière comme une construction. Tout ce qui est donné, tout ce qui est naturel, peut être déconstruit et reconstruit selon un nouveau plan. Pour le transhumanisme, tout peut donc être transformé et artificialisé sans dommages fondamentaux, bien au contraire, car cela doit permettre de se « libérer » d’une nature humaine jugée encombrante ou trop limitée ».

 

Transformer le monde des apparences

Voici ce qui illustre à merveille l’approche gnostique et magique de l’imaginaire d’un Enki Bilal pressé d’en finir avec les fondamentaux d’une civilisation occidentale qu’il déteste pour tout dire. L’approche postmoderne de la Kabbale consistant à entrevoir le vocabulaire et la communication sémantique comme autant de clefs opératoires destinées à modifier un « réel » transformable à volonté.

C’est ce qui poussait le dessinateur-magicien Alan Moore à confier sur Youtube : « considérant que l’art et la magie sont des pratiques interchangeables, il semble naturel que la pratique artistique représente un vecteur à travers lequel je suis en mesure d’exprimer des idées magiques ». Ainsi, à force répéter en boucle des prophéties autoréalisatrices – comme le fait si bien l’autre magicien Jacques Attali – le démiurge parvient à prendre le contrôle de l’âme de son public afin d’y insuffler les éléments du rituel convenu. Comme nous l’avions déjà mentionné dans un article précédent, l’acte magique permet d’agir sur les affects des voyeurs et, in extenso, de modifier leur conscience. Tout cela afin de provoquer des changements de comportement qui seraient susceptibles d’aider nos contemporains à atteindre d’autres dimensions en devenant eux-mêmes les acteurs d’une sorte de révolution psychédélique destinée à décomposer « l’ordre du monde ».

 

L’art contemporain : prisme idéologique

La bande dessinée, telle que pratiquée par le magicien Enki, est un puissant filtre qui permet de capter l’œil au moyen de sa graphie imagée et de séduire l’intellect par le détour de scénarios qui tablent sur une modification des affects pour finir par altérer la conscience. C’est ainsi que procèdent les agenturs d’une contre-culture destinée à préparer la voie initiatique des foules : embarquer dans la transe collective d’un Nouvel Âge conçu comme un gigantesque RESET de la mémoire humaine. C’est cela le BOGUE DE L’AN 2000, une panne des affects, le temps que l’esprit de la matière s’infiltre par tous les pores d’une conscience collective dévitalisée parce que dévoyée.

Les critiques auront beau répéter que « sans intelligences artificielles, le matériel médical est défectueux, les transports sont à l’arrêt, les systèmes de surveillance ne fonctionnent plus, et même la mémoire humaine défaille, elle qui s’appuyait en permanence sur un stockage informatique », en saluant la vision « prophétique » d’Enki Bilal, un doute subsiste. Pourquoi l’auteur s’appuie-t-il sur un personnage infesté par une puce numérique au lieu de mettre en scène des résistants qui tableraient sur l’usage de leur propre mémoire afin de réorganiser ce monde en perdition ?

Malgré ses mises en garde concernant nos dépendances aux technologies numériques et aux avatars de la société techniciste, Bilal finit par concéder une victoire en demi-teinte aux dieux du progrès. Ainsi, toujours dans le même entretien accordé au Devoir, il précise qu’on l’associe « beaucoup à la science-fiction, mais dans un monde tel que le nôtre, la science-fiction n’existe plus. Tout ce que j’ai fait, toute ma carrière, c’est représenter la marche du monde avec un léger pas d’avance. Aujourd’hui, la robotique est une réalité et l’utopie transhumaniste gagne du terrain. La science-fiction s’est déplacée dans le réel. Je n’ai pas le choix d’écrire là-dessus ». Toujours ce fameux « coup d’avance » …

 

Dystopie totale dans BUG Enki Bilal Gracieuseté de branchesculture

Dystopie totale dans BUG d’Enki Bilal – Gracieuseté de branchesculture

 

 

Un coup d’avance

Critiquant la technosphère qui a pris en otage notre mémoire, Bilal tente, néanmoins de ne pas brûler tous les ponts avec les sorciers de la Silicon Valley. Ainsi un des personnages du tome 2 de BUG questionne ses vis-à-vis dans une discussion de salon : « Ray Kurzweil est toujours en vie ? » Une des protagonistes qui a l’air d’être passablement jeune nous apprend qu’elle dépend d’un programme de traitements régénérateurs mis au point par ce fameux Ray Kurzweil que le magazine Forbes a déjà comparé à une « machine cérébrale ultime ».

Ailleurs, un conférencier, s’adressant à des victimes d’expérimentations eugénistes, tente de réconforter son auditoire au moyen des perspectives positives du retour de l’homme porteur de ce fameux BUG mnémonique : « Oui, nos chairs sont marquées, nos corps dévastés … cobayes ou aventuriers du transhumanisme, nous payons le prix fort d’une décennie d’expérimentations hasardeuses qu’on nous a, dans la majorité des cas, imposées ! Mais sachez que nous sommes ici pour vous aider à ne pas sombrer, et vous permettre d’attendre, le cœur rempli d’espérance, que le meilleur du monde [allusion au Meilleur des mondes] qui nous a façonnés revienne ! Des médecins, des nanotechnologistes, des eugénistes agréés viendront régulièrement répondre à vos questions, et des traitements de substitution seront proposés … »

« Foutaises ! » hurle un des membres de l’auditoire … et nous serions, pour notre part, tentés de répondre la même chose face à ce scénario bilalien qui nous laisse hésitants et sceptiques en fin de compte.

Nous avons rencontré Enki Bilal à la fin d’une allocution prononcée dans le cadre du dernier Salon du livre de Montréal pour lui poser une toute petite question : « pourquoi cette utilisation récurrente du chaos dans pratiquement tous vos scénarios ? S’agit-il d’un modus operandi de type « Ordo ab Chaos » ? » Manifestement interloqué, il a éludé notre question en se contentant d’ajouter que « c’est un joli mot d’ailleurs … les sociétés humaines, depuis qu’elles existent, on réalise que le chaos fait partie du processus de parcours [évolutif des dites sociétés] … ».

C’est bien cette vision de la tabula rasa que nous contestons puisqu’elle correspond à la philosophie illuministe qui est à la base du matérialisme délétère qui sévit au moment de conclure notre récit.

 

BUG chez Casterman : https://www.casterman.com/Bande-dessinee/Catalogue/albums-bug/bug-2

 

 


          

Tous les robots s'appellent Alex de Jean Bury - par: Kaliom Ludo

 Cache   


La nouvelle "Tous les robots s'appellent Alex" de Jean Bury est à présent disponible sur la plupart des librairies numériques.


Vous pouvez notamment la télécharger gratuitement sur les librairies suivantes : Amazon Kindle , 7switch , Nolimstore , Google Play et bien d'autres !

Vous pouvez retrouver le travail et soutenir Thomas Budach, l'illustrateur de couverture, sur Pixabay .

Résumé de la nouvelle :

Depuis des siècles, l'être humain a disparu de la galaxie. Les seuls vestiges de la civilisation terrestre se trouvent à bord d'un immense vaisseau spatial, le Gondwana, qui transporte à son bord Alex, un cyborg de quatorze ans, et Père, l'intelligence artificielle qui dirige sans partage le Gondwana.
Programmé pour imiter à la perfection l'être humain, Alex se questionne chaque jour davantage sur l'humanité, sa propre raison de vivre et le sentiment de solitude qui le gagne. À quoi bon imiter l'homme quand on est une machine ? Quel est le but d'une errance sans fin dans l'univers ?
À force d'interrogation, Alex va découvrir le troublant secret que Père lui cache depuis son assemblage...
          

JEStockArt - Steampunk - Librarian Monster Hunter Inspecting Cadaver - LWB

 Cache   
JEStockArt - Steampunk - Librarian Monster Hunter Inspecting Cadaver - LWBPublisher: Jeshields

Image Details:
1 JPG
Line Art
8.5" x 11"
300 DPI

License Terms:
May be modified for specific needs.
Must credit 'Jeshields' for any use.

May not be used in the following:
Products sold primarily for artistic value (Stock art, tokens, posters, etc)
Works overtly deemed racist, sexist, or similarly offensive works
Sexually explicit works

Key Words: Steampunk Western Cybernetic Cyborg Old Cowboy Rugged Cyber Pistol Caped Monster Hunter Stake Silver Cross Handlebar Mustache Vampire Slayer Wild West Lawman Tattered

Price: $3.99
          

JEStockArt - Steampunk - Librarian Monster Hunter Inspecting Cadaver - CWB

 Cache   
JEStockArt - Steampunk - Librarian Monster Hunter Inspecting Cadaver - CWBPublisher: Jeshields

Image Details:
1 JPG
Color Art
8.5" x 11"
300 DPI

License Terms:
May be modified for specific needs.
Must credit 'Jeshields' for any use.

May not be used in the following:
Products sold primarily for artistic value (Stock art, tokens, posters, etc)
Works overtly deemed racist, sexist, or similarly offensive works
Sexually explicit works

Key Words: Steampunk Western Cybernetic Cyborg Old Cowboy Rugged Cyber Pistol Caped Monster Hunter Stake Silver Cross Handlebar Mustache Vampire Slayer Wild West Lawman Tattered

Price: $5.99
          

POP-CORE: Oszukać przeznaczenie (Michał Walkiewicz)

 Cache   
„Jeszcze tu wrócę” – po blisko czterdziestu latach ciągłych powrotów brzmi to jak groźba. Grany przez Arnolda Schwarzeneggera cyborg na wielkim ekranie pojawia się po raz szósty, lecz tym metalom i układom scalonym recykling nie służy
          

JEStockArt - Steampunk - Librarian Monster Hunter Inspecting Cadaver - LWB

 Cache   
JEStockArt - Steampunk - Librarian Monster Hunter Inspecting Cadaver - LWBPublisher: Jeshields

Image Details:
1 JPG
Line Art
8.5" x 11"
300 DPI

License Terms:
May be modified for specific needs.
Must credit 'Jeshields' for any use.

May not be used in the following:
Products sold primarily for artistic value (Stock art, tokens, posters, etc)
Works overtly deemed racist, sexist, or similarly offensive works
Sexually explicit works

Key Words: Steampunk Western Cybernetic Cyborg Old Cowboy Rugged Cyber Pistol Caped Monster Hunter Stake Silver Cross Handlebar Mustache Vampire Slayer Wild West Lawman Tattered

Price: $3.99
          

JEStockArt - Steampunk - Librarian Monster Hunter Inspecting Cadaver - CWB

 Cache   
JEStockArt - Steampunk - Librarian Monster Hunter Inspecting Cadaver - CWBPublisher: Jeshields

Image Details:
1 JPG
Color Art
8.5" x 11"
300 DPI

License Terms:
May be modified for specific needs.
Must credit 'Jeshields' for any use.

May not be used in the following:
Products sold primarily for artistic value (Stock art, tokens, posters, etc)
Works overtly deemed racist, sexist, or similarly offensive works
Sexually explicit works

Key Words: Steampunk Western Cybernetic Cyborg Old Cowboy Rugged Cyber Pistol Caped Monster Hunter Stake Silver Cross Handlebar Mustache Vampire Slayer Wild West Lawman Tattered

Price: $5.99


Next Page: 10000

© Googlier LLC, 2019